5 Juin

18h00

HALLE AUX BLEDS
SAINT-FLOUR

------------------------

Hiroe Namba Violon
Angélique Pourreyron Soprane
Hugues Georges Baryton
Bruno Marchand Récitant
Le Choeur de la Grande Vocale
Le Choeur de Chambre
de Clermont-Ferrand
L’Orchestre Symphonique des Dômes
Direction Gilles Raynal

Bruno Marchand Hugues Georges

-------------------------

Angélique Pourreyron Hiroe Namba
REQUIEM FRANÇOIS VILLON

Le «Requiem François Villon» de Gilles Raynal, primé au niveau international !

L’Orchestre symphonique des Dômes va enchaîner une dizaine de concerts au printemps. L’occasion pour son public de le retrouver en pleine forme : « Il est certainement à son meilleur niveau depuis sa création » comme se plaît régulièrement à le dire Gilles Raynal, son chef et fondateur (il y a 30 ans maintenant).


Requiem pour tous

C’était il y a quelques années maintenant, mais le retard s’est accumulé suite à l’arrivée de 1500 partitions venues du monde entier sur la table du jury.

Et quel jury !

Les compositeurs Philippe Hersant ou Édith de Cana de Chizy entre autres grandes références. « Je me suis amusé à faire ce grand machin, explique humblement Gilles Raynal, lauréat donc au côté d’un Luxembourgeois et d’un Allemand.

Avant même de recevoir ce prix, j’avais déjà fait une version plus fluide notamment pour les voix qui souffraient beaucoup solfègiquement dans l’oeuvre originale… Au niveau du langage à vrai dire, c’est entre Léo Ferré et stockage »… Gilles Raynal a donc retrouvé un peu de lyrisme entre le déclamé-chanté et le franchement déstructuré.

Des lignes plus dociles qui permettent à la poésie et la splendide violence tout droit sortie du XVème siècle de toucher le public d’aujourd’hui. Cette nouvelle version de la Missa futura a en effet pris le nom de Requiem François Villon (qui ici, insulte Dieu, avant de s’excuser et de se mettre à pleurer).

«J’avais envie de faire un requiem qui puisse toucher ceux qui ne croient pas ou les paumés»… Charge à la Grande vocale et au choeur de chambre de Clermont de relever ce défi au côté de l’Orchestre symphonique des Dômes, mais aussi de Bruno Marchand (récitant), Hugues Georges (baryton) et Angélique Pourreyron (soprano).

Pierre-Olivier Febvret - La Montagne du 7 avril 2016 

 

SOLISTES AU FÉMININ

BIZET - … des airs de Carmen

«Angélique Pourreyron sera à l’honneur en seconde partie des concerts. Gilles Raynal a en effet réécrit une pièce à partir des Suites de Bizet en y intégrant des airs de Carmen.»

---------------------------

BEETHOVEN - Romances pour violon et orchestre opus 40 et opus 50

«Et pour finir : deux bijoux, les deux Romances pour violon et orchestre op. 40 et 50 de Beethoven avec Hiroe Namba en soliste.»


HALLE AUX BLEDS - SAINT FLOUR

La Halle aux Bleds

C'est un collégiale gothique du XIVème siècle ayant servi de halle pour le commerce des grains de la Planèze au XIXème siècle. Elle a été réhabilitée entre 2005 et 2008 : depuis une rosace impressionnante attire tous les regards, dessinée par la sculpteur Francesco Marino Di Teana, qui réalise également la porte en bronze et tous les vitraux.

L'histoire de Saint-Flour

Les premières traces d'occupation découvertes dans le secteur de Saint-Flour remontent à l'âge du bronze. On retrouve notamment de nombreux dolmens (dolmen de la table du loup vieux de 4 000 ans et classé dès 1911, dolmen de Touls près de Coltines, dolmen de Mons à Saint-Flour, etc.).

L'état des connaissances actuelles permet seulement d'identifier une faible présence à l'époque gauloise mais par la suite le territoire est marqué par une occupation gallo-romaine voire romaine (présence d'une villa de moyenne importance près de la gare et d'une petite villa de l'époque augustéenne près de Roueyre). Le nom de la cité de Saint-Flour à cette époque serait Indiciacum ou sous sa forme masculine Indiciacus. On pense alors qu'en cette période Indiciac était un vicus, c'est-à-dire une agglomération secondaire placée en bordure d'une voie importante.

Au Vème siècle, l'évêque Florus vient évangéliser le bassin sanflorain. C'est lui qui donnera son nom à l'actuelle ville. Mais, jusqu'en l'an mille, l'appellation Villa Sancti Flori signifie simplement «domaine (villa, æ, f) de Saint-Flour» : la ville n'existe pas encore.

Découverte en images...