Le Messie de Haendel par l'Ensemble de Haute-Auvergne - Aurillac et Saint-Flour

12 SEPT.

20H30
AURILLAC

L'ENSEMBLE
DE HAUTE AUVERGNE


EGLISE NOTRE-DAME
AUX NEIGES

Direction LUC
MACE-MALAURIE


LE MESSIE DE HAENDEL
par l'Ensemble Haute Auvergne
2 répresentations dans le Cantal

13 SEPT.

20H30
SAINT-FLOUR

L'ENSEMBLE
DE HAUTE AUVERGNE


CHAPELLE DU
GRAND SEMINAIRE
Direction LUC
MACE-MALAURIE


L'ENSEMBLE DE HAUTE AUVERGNE
"Le Messie" dans sa version originelle

Spécialisé dans le répertoire pour chœur, orchestre et solistes, l'Ensemble de Haute-Auvergne ouvre sa saison 2015 avec le très célèbre Messie de G.F. Haendel.

Cette année, ce sera la version originelle du céleste oratorio, celle de 1742 à Dublin. Si W.A. Mozart a complété cette œuvre en lui ajoutant une orchestration plus ample, l'Ensemble de Haute-Auvergne a fait le choix de redécouvrir l'œuvre première, plus intimiste, avec son chœur de 14 choristes chevronnés, ses 14 musiciens professionnels et ses 5 solistes.

Les fidèles auditeurs des concerts de Musik'Art y goûteront la fraîcheur, la vivacité et la pureté des timbres baroques. Le partenariat de l'Ensemble avec Musik'Art se poursuit avec bonheur et amitié dans une démarche commune de qualité et de diffusion des grandes œuvres classiques.

DIRECTION
Luc Macé-Malaurie

Luc Macé-Malaurie, Chef de l'Ensemble de Haute-Auvergne est issu de la classe de direction du Conservatoire de Caen.

Il a notamment dirigé le Te-deum de M.A. Charpentier avec l'Ensemble de Basse-Normandie, le Messie de G.F. Haendel avec l'Orchestre Universitaire de Caen ou le Requiem de Mozart lors du cinquantenaire du Traité de Rome, à Strasbourg, avec 25 musiciens du Philharmonique.

Il réside dans le Cantal depuis 1993



LE MESSIE DANS SA VERSION DE DUBLIN DE 1742


Chef-d'œuvre d’équilibre entre la vigueur épique du chœur et la lumineuse beauté des airs solistes, il est ici présenté dans sa version originale de 1742 - année de la création à Dublin,
version incisive et légère qui révèle la force d’impact de cette œuvre faite d’élan et de ferveur.


LES PREMIERES ANNÉES DE HAENDEL...

L'oratorio a été écrit par G.F. Haendel en 1741 à Londres sur un livret en anglais de Charles Jennens inspiré de la Bible.

La musique pour le Messie a été achevée en 24 jours de composition rapide. Mais il n'a été créé que le 13 avril 1742 lors d'un gala de charité au Temple Bar de Dublin.

En mars 1743 lors de la création du Messie à Londres, une cabale de dévots rejette l'œuvre en s'appuyant sur l'idée que la fresque semble grandiloquente à certains et trop éloignée du recueillement ou du demi-silence qu'exigerait la vraie prière. La guerre des libelles va durer plusieurs mois, portant un tort considérable au succès de l'oratorio.

Haendel devra limiter à deux représentations les auditions du Messie en 1743 et n'en donner aucune en 1744.

On sait, certes, que le roi lui-même s'était levé lors de la première en entendant l'explosion de joie de l'Alleluia où l'on chante, par exemple, For the Lord God omnipotent reigneth. Il donna ainsi naissance à la tradition britannique qui veut que la salle se lève à ce moment lors de chaque exécution en concert. Mais cet enthousiasme instinctif n'avait pas suffi à assurer le succès.

Pour les Anglais, il y avait quelque chose de déroutant dans l'œuvre de Haendel : une relative abondance de chœurs (vingt, pour cinquante-deux numéros au total) qui avait convaincu les Irlandais mais laissait les Britanniques pantois, sans aucune autre référence comparable dans le genre d'oratorios sacrés qu'ils avaient entendus jusqu'alors et qui portaient la marque de la musique d'outre-manche beaucoup plus que de l'inspiration italienne.

Une certaine postérité devait aussi attribuer cet échec à l'orchestration qui, à l'origine, ne mettait en œuvre que les cordes, les trompettes et les timbales (Haendel n'introduisit que plus tard les hautbois et les bassons). Le succès de l'œuvre ne fut effectif, à Londres, qu'après 1750.

À son tour, W.A. Mozart qui l'entendit à Mannheim en 1777, réorchestra la partition (ajoutant hautbois, flûtes, cors et trombones, pour remplacer l'orgue) afin de la mettre au goût de son époque, la rapprochant encore un peu plus de l'art profane.

L'OEUVRE...

Elle est divisée en trois parties compilées de l'Ancien et du Nouveau Testament :

1 - Ancien et Nouveau Testament (c'est-à-dire, dans ce dernier, les Evangiles) : les prophéties de l'Incarnation du Christ, l'Annonciation et la Nativité.

2 - Ancien Testament (les Lamentations du prophète Jérémie, les Psaumes), Nouveau Testament :  la Passion, la Résurrection et l'Ascension du Christ.

3 - Nouveau Testament ; cette dernière partie, plus courte, se présente comme une réflexion sur le rôle rédempteur du Christ, la vie l'emportant définitivement sur la mort (dans l'optique de saint Paul, largement mis à contribution ici).

L'œuvre est écrite pour orchestre et chœur, avec cinq solistes (soprano, mlezzo-soprano, contralto, ténor et basse), elle comprend une ouverture, une sinfonia pastorale et 51 récitatifs, airs et chœurs.

EGLISE NOTRE DAME AUX NEIGES Aurillac

CHAPELLE DU GRAND SEMINAIRE Saint-Flour