«De Venise à Londres» le 22 juillet 2017 à Mauriac

«De Venise à Londres»

22
Juillet

20h30

BASILIQUE
NOTRE-DAME-DES-MIRACLES
MAURIAC

------------------------

DE VENISE A LONDRES

Un voyage dans l’Europe musicale des XVIIème et XVIIIème siècles

-------------------------

Johann Caspar Ferdinand Fischer (1662-1746)

Suite en Ré mineur (Journal de Printemps, op. 1)

Ouverture – Gavotte – Menuet – Passacaille 

-------------------------

Jean-Baptiste Quentin (avant 1690-vers 1742)

Concert à quatre parties en la mineur, op. 12

-------------------------

Georg Friedrich Haendel (1685-1750)

Concerto Grosso en sol majeur op. 6/1

A tempo giusto – Allegro – Adagio – Allegro – Allegro

-------------------------

Jörn Boysen (* 1976)

Chaconne pour Prometheus

 

Entracte

 

Antonio Vivaldi (1678-1741)

Concerto en sol mineur, op. 8, RV 315, «L'estate» (L'Été)

-------------------------

Georg Philipp Telemann (1681-1767)

Sinfonia Spirituosa en ré majeur

Spirituoso – Largo – Vivace

 

MUSICA POETICA

L’ensemble se compose de musiciens du monde entier spécialisés en musique ancienne et sortant des conservatoires néerlandais. Ensemble, ils aiment à jouer la musique des XVIIème et XVIIIème siècles d’une manière disons historiquement informée, utilisant des instruments d’époque et se documentant à des sources historiques. Le groupe varie en taille selon le programme choisi ; il peut se produire en formation de chambre aussi bien qu’en orchestre avec chœur.

En 2015, Musica Poetica a lancé sa propre série de concerts au Théâtre Royal de La Haye. Ce fut un tel succès que les musiciens furent invités à renouveler l’expérience en 2016-2017 avec une double série de concerts.

L’ensemble s’est pour l’instant produit en concerts et à la radio, en direct, en Allemagne, en France, en Espagne, en République tchèque et aux Pays-Bas. Musica Poetica joue régulièrement au sein de divers festivals en Europe, tels que le Schleswig-Holstein Musikfestival, le Festival Mitte Europa, l’International Buxtehude Festival Lübeck, l’Itinéraire Baroque et le Holland Festival Oude Muziek.

L’ensemble prend part également à des productions théâtrales avec le O. T. Opera Rotterdam, le Utrechtse Spelen et l’Opéra Mosset en France.

Musica Poetica a enregistré plusieurs CDs incluant les œuvres de la Düben Collection, de Christian Flor et de Carl Philipp Emanuel Bach. 


 

CHEF D'ORCHESTRE : Jörn Boysen

Claveciniste, compositeur et chef d’orchestre, Jörn Boysen est né à Lübeck en Allemagne en 1976. Après ses études à la Musikhochschule Lübeck (Haute Ecole de Musique), il est allé étudier aux Pays-Bas aux côtés de Tini Mathot et Ton Koopman, au Conservatoire Royal de La Haye. En tant que fondateur et chef de Musica Poetica, chef invité, soliste ou basse continue, il se produit régulièrement en Allemagne, aux Pays-Bas et en France.

En tant que compositeur, il a complété la Passion selon Saint-Marc de Bach en proposant les récitatifs et arias manquants. La presse s’est alors exprimé : « enfin une alternative convaincante par rapport à toutes les autres reconstructions. C’est même une sérieuse alternative aux propres Passions de Bach, la Saint-Jean et la Saint-Matthieu ! »

Quelques souvenirs en images du concert donné par
Musica Poetica à Neuvéglise, en juillet 2016


BASILIQUE NOTRE-DAME-DES-MIRACLES - MAURIAC

Un peu d'histoire

Mauriac est l’une des plus anciennes cités du Cantal, née il y a environ 2 000 ans. Une présence gallo-romaine est attestée par la découverte de nombreux vestiges. Mais son histoire jaillit avec la conquête franque au VIème siècle à travers une légende, celle de Théodechilde, et de l’apparition qu’elle a eue, dans les forêts sauvages environnantes, de la Vierge entourée d’une lionne et de ses lionceaux. Quelle ville n’a pas sa légende ? Son souhait fut alors d’édifier en ce lieu un sanctuaire dédié à la vierge et rattaché à l’abbaye de Saint-Pierre-le-Vif de Sens dans l’Yonne.

C’est au IXème siècle que la ville prend son essor autour du monastère Saint-Pierre de Mauriac, de statut royal. La cité devient alors un important centre de pèlerinages attirant les foules (Saint-Mary, Notre-Dame…).La ville connaît trois périodes de fortifications et au fil des siècles s’urbanise ; quatre portes ferment la cité, la porte Saint-Georges, la porte Saint-Mary, la porte Saint-Jean, la porte Saint-Thomas.

Au cours des XIème et XIIème siècles, l’église Notre-Dame est construite, le monastère s’agrandit avec l’édification de l’église abbatiale et du doyenné. Les deux églises sont séparées par le cimetière situé à l’emplacement même de la Place G. Pompidou actuelle où se trouvait également une halle aux grains. Par un édit (1472) de Louis XI, la foire Saint-Mary est instaurée, fierté locale et besoin économique; huit foires fixes et deux marchés hebdomadaires ont lieu dans la ville, Mauriac se développe.

Du XVIIème au XIXème siècles, Mauriac, capitale du nord Cantal devient le siège des institutions publiques préfigurant ainsi la mairie, construite par Pierre-Joseph Grasset, maire de Mauriac (1811 - 1826 et 1831 - 1848), la sous-préfecture actuelle, ancien hôtel privé, après qu’au XVIème ait été créé un des premiers collèges de jésuites de France (collège royal).

 

La Basilique Notre-Dame-des-Miracles

Au cœur de cette cité, se dresse l'église romane Notre-Dame-des-Miracles, érigée en basilique en 1921, édifice à la fois élégant, riche et mystérieux, mêlant art savant et art populaire, monumentalité et intimité.

La basilique Notre-Dame-des-Miracles est le plus vaste et le plus beau monument roman de la Haute-Auvergne. Centre d'un pèlerinage important dès le moyen âge, accostée du monastère bénédictin Saint-Pierre et de son église détruite, la basilique étonne par la beauté de son tympan figurant l'ascension de Jésus-Christ et la fantaisie débridée de ses sculptures.

Au XIIème siècle, Mauriac était un centre de création important et un vaste chantier accueillant architectes, maçons, tailleurs de pierre et sculpteurs. Ceux-ci ont ensuite travaillé dans toute la région, où l'on retrouve leur savoir-faire et quelques sculptures particulièrement reconnaissables (à Moussages, Saint-Vincent, Ally, etc.).

Mais l'église de Mauriac est aussi le résultat d'une longue histoire et garde la trace de différents styles artistiques : retables baroques, restaurations ambitieuses du XIXème siècle, tableaux s'échelonnant du XVIIème au XXème siècle... Visiter la basilique revient donc à faire un véritable voyage dans le temps et dans l'histoire de l'art occidental. Outre l'architecture du monument, on peut notamment y admirer des éléments sculpturaux exceptionnels (chapiteaux, bases et modillons) ainsi que le mobilier, dont quelques pièces sont remarquables : cuve baptismale romane, lanterne des morts, retable, tableaux, vitraux et statues.

La Vierge Noire de Notre-Dame des Miracles qui, en 1855, a été couronnée et parée d’un diadème d’or et de pierreries offert par le Pape Pie IX, attire, depuis le VIIIème siècle, des foules très nombreuses. 

Découverte en images...