Les «700 ans» avec Haendel et Mozart le 1er juillet 2017 à Saint-Flour

Les «700 ans» avec Haendel et Mozart

Musik'Art Cantal, ardent défenseur de la musique et du patrimoine, a tenu à prendre sa place dans la commémoration de la fondation du diocèse de Saint-Flour. Le 1er juillet en soirée, dans le cadre exceptionnel de la cathédrale Saint-Pierre de Saint-Flour, c'est un florilège d'œuvres célestes de deux compositeurs adulés, Haendel et Mozart, que Luc Macé-Malaurie et son Ensemble de Haute-Auvergne offrent aux cantaliens et aux visiteurs.

1er
Juillet

20h30

CATHÉDRALE SAINT-PIERRE
SAINT-FLOUR

------------------------

Wolfgang Amadeus Mozart (1756 - 1791) 

Te-Deum, KV 141  

Le Te-Deum KV 141 de Mozart, chant d'action de grâce, composé à Vienne vers 1760, ouvre solennellement le concert avec ce court instant vif et allègre où les cordes seules s'entrelacent à merveille avec les chœurs.

-------------------------

Georg Friedrich Haendel (1685 - 1759)

Zadok the Priest  (HWV 258, 1727)

Zadok the Priest est le premier des quatre hymnes du Couronnement de G.F. Haendel. Donné lors du couronnement de George II d'Angleterre, il salue le sacre du roi Salomon de l'Ancien Testament. Sa célèbre ouverture est un intense crescendo de l'orchestre dont l'apogée est l'explosion de joie des chœurs en une cascade éblouissante de cuivres.

-------------------------

Georg Friedrich Haendel (1685 - 1759)

       The King Shall Rejoice, HWV 260

The King Shall Rejoice est le 3ème hymne de Haendel. Le premier mouvement, plein d'une pompe festive et du scintillement des fanfares avec un long ritornello d'introduction, utilise la pleine force du chœur et de l'orchestre. Le deuxième mouvement est joué sur un trois temps cadencé et engage les sections de cordes les plus hautes et les plus basses dans un échange espiègle.  

 Le bref déchaînement du triomphal troisième mouvement, avec son extraordinaire surprise harmonique, le relie directement au final, double fugue exubérante qui donne au morceau une conclusion magnifiquement raffinée.

-------------------------

Wolfgang Amadeus Mozart (1756 - 1791)

La Messe du Couronnement, K 317

La Messe du Couronnement. Mozart écrivit cette messe à l'âge de vingt-trois ans, lors d'un moment de profond désarroi, sur une commande de l'archevêque de Salzbourg, Hieronymus von Colloredo-Mannsfeld, qu'il détestait...et pour le Couronnement de la Vierge miraculeuse du sanctuaire baroque de Maria Plain en Autriche, en 1744. Le thème de la paix qui s'élève n'est autre que le motif lyrique du Kyrie. Cet allegro con spirito où alternent chœur et solistes, déploie avec l’aide des cuivres, le brillant et le faste d'un grandiose final d'opéra.

 

L'ENSEMBLE DE HAUTE-AUVERGNE

Spécialisé dans les grandes œuvres pour chœur, orchestre et solistes, l'Ensemble de Haute-Auvergne compte un chœur de chambre et un orchestre de vingt musiciens professionnels. Cette saison 2017 célèbre le 7ème centenaire du diocèse de Saint-Flour, commémoration pour laquelle l'Ensemble a retenu un florilège d'œuvres sacrées à la hauteur de l'événement.

 


 

CHEF D'ORCHESTRE : Luc Macé-Malaurie

Chevalier des Arts et des Lettres

C'est au sein de la classe de direction (Conservatoire National de Région de Caen) du chef britannique Robert Weddle que le Chef d'Orchestre a puisé sa passion pour les grandes œuvres pour chœur, orchestre et solistes.

Luc Macé-Malaurie a notamment dirigé la Messe du Couronnement de Mozart, en Allemagne, lors du bicentenaire de la mort du compositeur, l'Ensemble de Basse-Normandie dans le Te-Deum de Charpentier, ou l'Orchestre Universitaire de Caen dans le Messie de Haendel.

Résidant depuis 20 ans en Auvergne, il a créé l'ensemble Pro Volcanis, devenu Ensemble de Haute-Auvergne, qui s'est produit en 2006 à Strasbourg, avec 25 musiciens de l'Orchestre Philharmonique (Requiem de Mozart), lors du Cinquantenaire du Traité de Rome.


 

SOLISTES

Soprani : Fabienne Macé-Malaurie, Chloé Bourdial 

Alto : Catherine Agaï

Tenor : Olivier Serindat 

Basse : Olivier Chabaud

https://www.espaceartistique-olivierchabaud.fr/galerie/


LA CATHÉDRALE SAINT-PIERRE - SAINT FLOUR

Informations techniques

Dimensions

Largeur = 24.60 m

Hauteur de la Tour = 35 m

Longueur - 65 m

Hauteur Nef = 16,50 m

Longueur du Vaisseau Central = 44 m

Chronologie

5ème siècle : Arrivée de Florus, apôtre de la Haute-Auvergne, sur le mont Indiciac.
A sa mort, construction d'un premier sanctuaire pour abriter son tombeau.

11ème siècle : Fondation du prieuré de Saint-Flour par Odilon de Mercoeur, abbé de Cluny.

1095 : La basilique romane est consacrée par le pape Urbain II.

1317 : Création du diocèse de Saint-Flour par le pape Jean XXII.
La basilique devient la cathédrale et le prieuré devient le Chapitre.

1398 : Écroulement du côté nord de la cathédrale.
L'évêque Hugues de Manhac décide de reconstruire la cathédrale malgré la guerre de Cent-Ans et les ravages de la peste. Il confie les travaux à Hugues Joly.

1466 : Consécration de la nouvelle cathédrale par l'évêque Antoine de Montgon.
La cathédrale est un vaisseau à trois nefs et quatre tours, dont deux sur les façades latérales. La cathédrale est construite en basalte dans le style gothique flamboyant.

1793 : Les quatre tours sont découronnées, les cloches et les statues brisées. L'édifice devient un "Temple de l'Être Suprême".

1802 : La cathédrale est rendue au culte catholique. Les deux tours de la façade occidentale sont relevées.
D'autres travaux de réparations sont nécessaires pour assurer la sécurité.

1804 : Mgr de Belmont, évêque de Saint-Flour, transfert la paroisse dans l'ancienne église des dominicains.

1846 - 1856 : Une restauration générale est entreprise.

1862 - 1866 : Démolition des deux tours latérales.

1906 : La cathédrale est classée Monument Historique.

1919 : La paroisse est transférée de l'ancienne église des dominicains à la cathédrale.

L'altitude au parvis de la cathédrale (892 m) en fait la plus haute d'Europe.

Découverte en images...